L’histoire du village

Simencourtest issu d’un nom mérovingien dérivé de Simon (nom de famille) et Curtis (domaine rural).Le village s’appela Simenourt en 1130, Siemcort en 1137, Simencort en 1159 mais aussi Simonkort, Cemencourt ou Simoniscorti. La superficie : 506 hectares

La population :

450 habitants en 1906
413 habitants en 1982
523 habitants en 1990
542 habitants au dernier recensement

L’altitude est comprise entre 93 et 137 mètres

Le blason : un écartelé des armes de la famille de Miraumont (au 1 et au 4 : argent chargé chacun de trois tourteaux de gueules) et celles de la famille de Piennes (au 2 et au 3 : azur chargé chacun de six billettes d’or).
Peronne de Piennes était la veuve d’Olivier de Miraumont, seigneur de Simencourt.

Le village de Simencourt donna le jour à Antoine HAVET, religieux dominicain, évêque de Namur et l’un des Pères du Concile de Trente.
Le village est divisé en différentes parties, l’une s’appelle en général Simencourt et les autres sont le Vieux Simencourt ou la Vieille Ville, Simencordel ou le Petit Simencourt, la Cauchie, le Noeu et le Hasard.
le Noeu, fief du village, appartenait au début du XVIIIème siècle au sieur Pelet d’Arras.
Le premier seigneur de Simencourt mentionné est Beaudouin de Simencourt au XIème siècle.
Sous Charles Quint (1500-1558), la seigneurie appartenaità Claude de Miraumont.
La terre de Simencourt appartint ensuite à la famille Bethencourt, puis à celle de Dieval.
En 1789, à la veille de la Révolution, elle était la propriété de la famille Le Mayeur de Cambrai.
La maladrerie de SImencourt, fondée par le seigneur du lieu, fut réunie à l’hôpital d’Arras, par lettre d’amortissement du roi en 1698.

 

Histoire de la motte féodale de Simencourt

Télécharger le dossier complet